Mes débuts dans la lithothérapie

Je profite d’Halloween pour pour vous parler un petit peu d’un sujet particulier, qui n’est pas forcément très connu: la lithothérapie. La lithothérapie peut être considérée comme une médecine douce, il s’agit de guérir des problèmes pouvant être d’ordre psychiques et/ou physiques à l’aide des vibrations et propriétés des pierres et des minéraux. Quel rapport avec Halloween me direz-vous ? Aucun, en effet, mais il arrive que certaines personnes considèrent la lithothérapie comme une sorte de « truc de sorcière ». Cela me faisant rire, j’ai décidé de rebondir un peu là-dessus et de vous faire une petite mise en scène pour les photos. Je vous présente donc les quatre pierres que je possède pour le moment avec leurs principales propriétés.

Ce pendentif en rhodochrosite est le premier achat qui m’a fait entrer dans le monde de la lithothérapie. Sans grande surprise, il est rose et peut-être que c’est pour cette raison qu’il a attiré mon œil. Mais j’aimerais préciser que généralement, je ne cherche pas à connaître la pierre et sa signification dès le début. Lorsque je pense que la lithothérapie pourrait m’aider à apaiser mes émotions, je me rends dans une boutique et j’observe d’abord toutes les pierres présentées. Le plus souvent, une attire davantage mon regard (je ressens ses vibrations ?). Je demande alors à ce moment-là seulement de quelle pierre il s’agit car je ne sais pas encore bien reconnaître les pierres. On m’explique aussi ses propriétés et le plus souvent, elles répondent au besoin que j’avais à la base en arrivant. Je sais alors que c’est la bonne pierre pour m’aider dans mon problème. Je ne vais presque jamais dans une boutique pour demander aux vendeurs une pierre précise, à l’exception de la pierre de lune, mais ceci est davantage par goût esthétique.

La rhodochrosite est d’abord une pierre anti-stress qui permet notamment de réguler le trop plein d’émotivité, surtout si vous subissez des angoisses. Elle aide également à restaurer l’harmonie dans des situations affectives (incompréhension, disputes, ruptures, blessures). Elle peut aider les personnes qui se sentent mal aimés et vivent avec des énergies de mal être. La rhodochrosite est donc une pierre qui évoque principalement l’amour et la compassion altruiste en encourageant à l’attitude positive.

L’améthyste est certainement une des pierres les plus connues. Elle symbolise principalement la force et la sagesse grâce à l’équilibre et de sérénité qu’elle peut apporter. C’est surtout une pierre « intellectuelle » car elle renforce le bon sens et la créativité, facilite la méditation et nettoie le mental des idées pouvant le perturber. Elle a alors la réputation d’apporter un équilibre nerveux, intellectuel et sentimental. Léonard de Vinci aurait d’ailleurs écrit qu’elle avait le pouvoir de « dissiper les mauvaises pensées et d’aiguiser l’intelligence ». Vous l’aurez compris, c’est une pierre très positive qui ouvre aux idées neuves, à l’imagination mais également à la concentration et la réflexion, que cela soit sur soi-même ou sur le monde qui nous entoure. Elle peut alors purifier l’atmosphère d’une pièce en provocant détente et paix.

Le quartz rose est également très connu. Il est principalement lié au coeur, d’où son utilisation pour rééquilibrer un dysfonctionnement dû à un manque ou une blessure affective. Il est source de tendresse, douceur et amour. C’est également une pierre de pardon et de paix puisqu’elle pousse à l’amour et la bonté. Cette pierre minéral peut aussi aider à s’accepter soi-même et donc par extension, à s’aimer soi-même. Le calme que le quartz rose évoque permet aussi de consoler et rassurer celui qui le porte. Il ouvre la sensibilité et l’empathie, aidant alors à mieux se connecter aux autres. C’est sûrement pour cela que le quartz rose stimule les relations (que ce soit amicales ou amoureuses). Installé dans une pièce, cette pierres peut repousser les mauvaises ondes et apporter une atmosphère remplie d’amour qui favorise l’entente et la communication sans conflit.

Ma dernière acquisition est cette topaze bleue montée comme bague. Elle vient de chez Camille Ambiance Nature.
La topaze bleue est principalement connue pour ses vertus apaisantes et relaxantes, permettant notamment de favoriser un sommeil calme et profond, aidant à se ressourcer pleinement. Elle peut aussi aider les personnes timides et qui manquant de confiance en elles, surtout pour parler en public. Par extension, elle apaise donc le stress, les peurs et l’anxiété.

 

Webographie:
Camille Ambiance Nature
La lithothérapie en ligne
Bijoux et minéraux

Voici quelques sites qui me servent de base pour le moment, en plus des petits dépliants que donnent parfois les vendeurs. Je n’ai pas encore acheté de livres sur le sujet, d’où mes non-suggestions. N’hésitez pas si vous voulez discuter du sujet dans les commentaires (ou sur les réseaux sociaux), que vous soyez connaisseur ou non.

Publicités

Qu’est-ce que j’ai envie de faire de ma vie ?

La rentrée est bien souvent l’occasion de se remettre en question afin d’aborder ce renouveau autrement. Elle est donc souvent liée aux nouveaux départs, lorsque l’on change d’orientation par exemple, mais elle vient également avec son lot de doutes et de peurs. Une fois l’année débutée, on a plus de mal à changer de chemin, nous sommes lancés, autant continuer. Mais un peu avant la rentrée, nous ne sommes plus contraints de continuer, notamment avec la coupure que les vacances scolaires nous offrent.

Des nombreux résolutions de mon changement de vie ont plus de tendance à venir avec la rentrée qu’avec la nouvelle année. Et même si depuis environ 1 an, je me questionne réellement davantage sur ce que je vais devenir et sur ce que je veux construire, je dois avouer que la rentrée et son approche réveillaient en moi encore plus de questionnements. Il n’est pas facile de savoir vers quoi se tourner. Lorsque l’on est petit, on s’imagine notre vie d’adulte, mais de façon douce. On pense à tout ce que les grands peuvent faire, on est surtout rêveur. Après tout, tout a l’air vraiment possible. Je me souviens que quand mon petit frère avait moins de 9 ans, il voulait faire 5 métiers à la fois quand il serait adulte, à condition de bien travailler à l’école. Malheureusement, à l’adolescence, on se rend compte qu’il ne suffit plus de travailler dur pour avoir des bonnes notes et c’est le début du stress de l’orientation. Je sais que beaucoup de personnes ne sont pas vraiment sûres de leur choix, même après le bac. Pour ma part, je n’ai pas vraiment eu ce soucis. Je suis restée dans une ligne assez cohérente avec un projet plutôt défini. Mais malheureusement, une fois de plus, cela ne suffit pas. Dans mon cas, j’ai choisi une voie qui n’est pas celle qui offre le plus de postes au bout. Il y a alors l’ombre des concours qui guette et le paquet de stress qui vient avec. Il faut aussi réussir à avoir de l’expérience professionnelle avec les stages et cela n’est pas toujours facile. On ne choisit pas toujours réellement le stage. Heureusement, j’ai obtenu cette année, le meilleur stage que j’aurais pu avoir, celui que j’avais choisi et qui m’a conforté dans l’idée que je voulais travailler dans ce domaine et surtout, sur cette thématique si particulière.

Pendant longtemps, j’avais une ligne conductrice très précise qui consistait à avoir un bon dossier universitaire et fonder une vie de famille. Vous le savez, la vie aime bien rajouter des petits obstacles, surtout lorsque ça se passe trop bien. J’ai donc du faire face à une très grosse remise en question en tout point en 2016. Je me suis très souvent effacée dans toutes mes relations (familiales, amicales, amoureuses), oubliant de réfléchir à moi-même, comment j’allais, comment je me sentais. Et je me suis rendue compte que beaucoup de choses ne me convenaient pas, mais également, que je ne savais plus réellement qui j’étais, comme si je ne me connaissais plus. Lorsque l’on se rend compte de tout ça d’un coup, surtout pour une rêveuse pleine d’espoir comme moi, tout notre monde est chamboulé. C’est pour cela que je me suis alors tournée vers le développement personnel et cela m’a fait du bien. Mais j’ai aussi beaucoup réfléchi. Et même si je ne sais pas totalement ce que j’ai envie de faire de ma vie, je sais que j’ai des envies très diverses et variées et que j’ai envie de les réaliser, même si cela ne suit pas ce parcours universitaire très cohérent que j’ai construit. Peut-être que je vous ferez une petite liste dans un prochain article.

 

J’apprends à jeter

Le 1er mai 2017, j’ai déménagé, un petit peu précipitamment. J’ai pris toutes mes affaires en les rassemblement plus ou moins vaguement par catégories dans des sacs. Et puis hop, dans la voiture, dans le nouveau studio, dans mon nouveau coin de vie.

Pour moi, les déménagements ont toujours été l’occasion de trier les affaires amassées au fur et à mesure des années. Mais je me rends compte qu’avec le temps, j’ai de plus en plus tendance à conserver tout ce que je peux : ça peut servir, on ne sait jamais, si j’en ai besoin. Le problème, vous vous en doutez, c’est que ça ne se révèle pas utile. Cette boîte en carton parfaite, pour si je dois envoyer un colis, que je garde depuis deux ans n’a jamais été utilisée pour envoyer quoi que ce soit. Et je ne commencerais pas à vous faire la liste de tout ce que je conserve et qui ne m’apporte rien du tout à part de la poussière, car ça serait beaucoup trop long. Depuis deux ou trois ans, j’ai tout de même commencé à trier les vêtements que je ne mettais plus du tout. Mais à part faire une pile dans un coin, concrètement, la situation n’a pas vraiment évolué. J’ai donné quelques bricoles à mon entourage, j’ai apporté ce qui était dans un trop mauvais état au recyclage H&M, mais rien de fou. J’ai un compte Vinted depuis deux ans, un compte Tictail depuis un an, et je n’ai jamais rien mis en vente dessus. Alors que j’ai limite de quoi faire un vide-dressing d’une semaine à moi toute seule (L’exagération est presque totale, certes).

Comme vous vous en doutez avec le titre, j’essaie de changer la situation que je vous ai établi ci-dessus. En défaisant tous mes paquets depuis la semaine dernière, je me suis rendue compte que je gardais vraiment n’importe quoi: des fiches de révisions des dernières années universitaires, ces paires de chaussures que j’adore mais qui sont tellement usées que je ne les mets plus depuis un à deux ans, ces boucles d’oreilles oxydées que je possède depuis la 5ème mais que je jure de nettoyer un jour, cette chaîne cassée et non réparable, ces éléments que j’ai retiré de certains objets parce qu’ils ne me plaisaient pas, …. La liste est longue. Ce n’est pas facile de jeter. Je me questionne longuement, je doute mais j’essaye de me forcer, de prendre sur moi. Si vous êtes comme moi, ne soyez pas trop dur avec vous-mêmes. Jeter petit à petit, par un ou deux objets, pas forcément par jour. Même si c’est dans la semaine, c’est déjà un grand pas. Si vous hésitez vraiment de trop, laissez de côté pour plus tard. C’est d’ailleurs ce qui est abordé dans le nouveau numéro du magazine Flow avec le Minsgame. Personnellement, je sais que je serais incapable de faire ce challenge jeu ! Il consiste à donner (proches, associations, …) 465 choses pendant un mois sur le principe de 1 objet le 1er jour, 2 objets le 2ème jour, etc. C’est vraiment beaucoup trop pour moi et je ne veux pas me forcer puis regretter.

Par contre, pour les vêtements, j’ai enfin décidé de m’y mettre en voyant tous les sacs que j’avais à vider. Des sacs pleins de vêtements que je ne mets quasiment jamais mais qui sont bien présents dans mon armoire et qui prennent énormément de place. Des vêtements que des proches m’ont donné, que j’ai parfois acceptés pour ne pas les vexer, alors que je ne les mets pas ou qu’ils ne me vont pas. Et ce qui me fait encore davantage paniquer, c’est que je n’ai que la moitié de mes vêtements dans le studio. L’autre moitié m’attend bien gentiment, stockée chez ma grand-mère. Je me suis reconnectée sur mon compte Vinted et j’ai amélioré mon profil. J’ai commencé le tri dans mon armoire en séparant dans un sac ce que je ne voulais plus. Et très vite, je fais les premières photos !

  Quelques lectures sur le sujet   

Flow magazine, N°17, On range 465 objets en un mois, page 118

Blog: The Minimalists, avec le concept du Minsgame

Livre: La magie du rangement, de Marie Kando

Livre: Se simplifier la vie: Se recentrer, trier, ranger et se désencombrer, de Stéphanie Bujon

Livre: En as-tu vraiment besoin ?, de Pierre-Yves McSween

Article: Le Monde, Trier, jeter, donner, troquer, revendre : 25 sites pour réussir ses rangements de printemps (+ PDF supplément à télécharger: Désencombrement)

Dossier: Désencombrement, par Claire Kalispera

 

La vie, c’est beaucoup essayer mais ne pas beaucoup réussir.

Nous voulons des choses dans notre vie, ce sont nos objectifs. Pour les obtenir, nous travaillons durs et nous essayons des choses. Nous essayons dans le but de réussir, parce que nous voulons attendre nos objectifs. Mais malheureusement, essayer veut très rarement dire que l’on y arrive. Combien de personnes essaient pendant des années sans jamais atteindre le but tant recherché ?

Processed with VSCOcam with t1 preset

J’en suis le meilleur exemple. J’ai essayé de me battre pour des tas de choses dans la vie dans le but d’obtenir ce que je voulais. Et le plus souvent, j’échoue. Je ne comprends pas pourquoi parce que j’ai pourtant essayé tellement fort.

L’année dernière, j’ai voulu améliorer ma positivité. Pour cela, je me suis fixée un objectif extrêmement haut qui était: être tout le temps positive dans la vie, tous les jours, peu importe ce qui arrive. Vous imaginez bien qu’au bout de trois mois, j’ai lâché l’affaire. J’avais acheté des tas de magazines, livres, cahiers d’exercice sur le sujet, j’ai commencé à faire un carnet où je devais écrire toutes les choses positives de la journée. Aujourd’hui, je n’ouvre ni les livres, ni les cahiers, ni le carnet, ni les magazines. Depuis des semaines.

Pourtant j’ai essayé, j’ai mis toutes les chances de mon côté et ça n’a pas marché. La raison est pourtant très évidente. De base, mon objectif était déjà trop élevé. Mais surtout, je me suis beaucoup mis la pression pour le réaliser. Et quand on se met la pression, je suis désolée de vous le dire, mais ça ne fonctionne que très rarement. Pourtant, tous les jours, à ma façon, je me sens pourtant beaucoup plus positive que ce que je n’étais au début de l’année. C’est donc que dans le fond, j’ai tout de même fait un travail sur moi, mais un travail doux. Un travail qui ne met pas sous pression.

 

Alors soyons honnêtes, la vie est principalement marquée d’échecs. Parce que ce sont eux qui nous font apprendre. On essaye beaucoup de choses, on en réussit peu. Ou alors on réussit bien trop partiellement par rapport au mal qu’on s’est donné. Si la situation ne se débloque pas malgré vos efforts gigantesques, je serais tentée de vous dire de relativiser et de lâcher prise. Parce que si vos tentatives ne marchent pas avec la pression, autant essayer sans, il n’y a rien de plus à perdre qu’un nouvel essai.

Le bonheur, c’est d’apprendre à danser sous la pluie.

La recherche du bonheur est une course effrénée qui ne cesse jamais. On court dans tous les sens sans savoir réellement quelle est la forme de ce que nous cherchons. Nous sommes énormément à ne pas savoir ce qu’est le bonheur mais il nous le faut. Il est certainement le Graal absolu de notre époque. Mais comment l’obtenir lorsque l’on ne sait pas à quoi il ressemble ?

tumblr_ogta168gwv1ugas5oo1_400

Peut-être que nous l’avons déjà et que l’on ne s’en rend pas compte à force de chercher encore et toujours plus. Vous savez, c’est certainement le cas le plus courant qui est rencontré. Vous connaissez peut-être cette citation de Jacques Prévert: “On reconnaît le bonheur au bruit qu’il fait quand il s’en va.” qui souligne bien cette idée. A notre époque, nous cherchons toujours mieux, toujours plus. On ne se contente plus vraiment de ce qu’on a puisqu’on peut avoir encore plus que ça. Bien sûr que ça m’arrive aussi, d’avoir quelque chose et de me dire, je pourrais avoir encore davantage. Mais quand je pense cela, est-ce que je me sens heureuse ? Est-ce que je suis heureuse de ce que j’ai ? Absolument pas, je suis frustrée et je pense à ce que je n’ai pas au lieu de penser à ce que j’ai.

tumblr_ogufkhriz21sjt6sco1_500

Je ne dis pas qu’il faut tout accepter en se disant que c’est mieux que rien. Si une situation dans votre vie ne vous plaît pas du tout, vous devez essayer de la changer. Par exemple, si vous êtes dans une relation qui se passe mal avec quelqu’un dont il n’y a plus rien à attendre, ça ne sert à rien de forcer la chose en se disant qu’on devrait être heureuse d’avoir un copain. Non vous devez lâcher prise et partir. Mais souvent, dans une relation qui ne vous convient pas, il y a aussi du recul à prendre sur la situation. Peut-être que votre petit-ami ne vous offre pas de fleurs mais que par contre, il vous offre des petits cadeaux de temps en temps ? Peut-être qu’il ne vous écrit pas de longues lettres d’amour mais qu’il est plus sincère dans ses actes ? On peut toujours trouver mieux si l’on cherche, mais voulez vous passer votre vie à chercher mieux sans, au final, profiter de rien de ce que vous avez, tellement vous serez obsédé à l’idée de trouver mieux ?

tumblr_lyq7hsuqi61r813sgo1_500

Je connais beaucoup de personnes qui disent « quand j’aurais ceci ou cela, je serais heureuse ». J’avoue moi-même l’avoir déjà dit. Mais vous allez rapidement vous rendre compte que quand vous aurez cet objet tant convoité (objet au sens large, pas forcément matériel), vous ne serez finalement pas plus heureuse que ça, ou alors un bref instant. Vous allez aussi vous rendre compte que vous allez attendre ou chercher inlassablement quelque chose que vous n’aurez peut-être jamais, parce que c’est la vie. Je connais aussi des personnes qui disent « quand ceci ou cela ira mieux, je serais heureuse ». Je suis désolée de vous apprendre qu’il y a très peu de chance que votre vie devienne parfaite une fois que le problème en question sera résolu. Justement, parce que, encore une fois, c’est la vie. La vie est loin d’être facile et même si certaines personnes en ont moins que d’autres, tout le monde a des soucis. Et il y aura toujours des soucis qui se présenteront.

tumblr_nxu701h5pe1shjxygo1_500

La vie va forcément dresser des obstacles sur votre chemin. La pluie va forcément tomber. Il ne peut pas y avoir que du soleil, sinon nous n’apprendrions rien. J’ai longtemps cherché ce qui n’allait pas chez moi, pourquoi je ne pensais qu’aux aspects chaotiques de ma vie. Je ne comprenais pas pourquoi il y en avait, pourquoi tout ne pouvait pas aller bien. Oui, il y a eu beaucoup d’épreuves dans ma vie, encore le mois dernier. Et ce n’est pas fini, il y en aura toujours. Mais aujourd’hui, alors que j’ai mal à la tête et que je me sens comme de la compote, je me rends compte que je suis quand même capable de danser sur une musique que j’aime. Malgré tout ce qui s’est passé dans ma vie, j’ai quand même envie de rire et de m’amuser de façon insouciante comme les enfants, de passer des moments avec les personnes que j’aime en toute innocence et de regarder le monde avec douceur et délicatesse. Alors je crois que finalement, le bonheur, c’est de réussir à danser sous la pluie alors qu’elle tombe de façon torrentielle. Et en fait, j’aime ça. J’aime danser sous la pluie. Et le soleil reviendra quand il sera temps qu’il revienne, parce que le soleil revient toujours à un moment.

Je dois prendre soin de moi

L’expression « prendre soin de soi » (synonyme: faire attention à soi) est le plus souvent rapportée à la beauté et au physique, dans le sens avoir une belle peau, une coupe de cheveux structurée ou des ongles vernis. Je ne m’étais jamais questionné sur le sujet, ayant l’habitude que l’on utilise cette phrase dans ce sens précis. Pourtant, plus j’y réfléchis et plus je me rends compte que ce ne doit pas être de cela qu’il doit être question lorsque l’on parle de prendre soin de soi. Faire attention à nous-même, c’est créer un environnement sain pour notre esprit et notre corps, se protéger de tout ce qui pourrait nous blesser et se nourrir de penser positives. Lorsque je pense à ma journée et que je ne suis ni satisfaite de ce que j’ai fais, ni satisfaite de qui j’ai été, non, je n’ai pas l’impression d’avoir pris soin de moi ! Et c’est de cette manière que je me suis rendue compte que je n’écoutais pas mon esprit alors qu’il est blessé et que je n’écoutais pas mon corps alors qu’il est épuisé. Pourtant, je suis allée chez le coiffeur, j’ai changé mes lunettes et j’ai mieux élaboré mes tenues vestimentaires. On dit que je fais davantage attention à moi. Mais ce n’est pas le cas.

Prendre soin de soi, c’est se donner le temps de sommeil nécessaire pour qu’il soit réellement reposant, c’est se nourrir sainement avec les produits dont notre corps à besoin, c’est se créer des temps calmes pour se ressourcer, loin d’internet et de ce qui peut être négatif. Essayer de s’ouvrir l’esprit à des choses épanouissantes, des sujets nouveaux qui peuvent nous pousser à réfléchir à un nouveau sens dans la vie, je pense que c’est une bonne façon de prendre soin de soi, de son âme, de ce nous intérieur. Car oui, nous sommes un ensemble équilibré entre notre corps et notre âme, oui nous devons prendre soin des deux, mais souvent il faut prendre davantage soin de notre esprit pour que le corps suive. Le corps est une enveloppe de ce nous à l’intérieur. Et même si le corps est la représentation physique de ce que nous sommes, on ne peut pas se résumer à lui pour juger de si l’on prend soin de nous ou pas. C’est un équilibre très fragile à conserver, mais lorsque chacun le trouvera, je pense que l’on s’approchera davantage du bonheur. Mais il ne faut jamais oublié une des deux parties de cet équilibre.

barinhas48

Mon rapport avec les blogs

Née en 1993, j’ai parfois un peu l’impression de faire partie d’une « génération blog ». Depuis mon premier skyblog, vers l’âge de 13 ans, je crois qu’il serait plus facile de compter les années où je n’ai pas tenu de blog plutôt que les années où j’en ai eu un. J’ai eu le blog personnel où on mettait des petits gifs mignons et des photos de nous, j’ai eu le blog source sur une célébrité, j’ai eu le blog où on écrit une fan fiction (parfois tout en même temps) et j’ai terminé il y a deux ans avec le blog mode et beauté. Je suis passée par une multitude de plateformes (je ne me rappelle même plus le nom de toutes) à la recherche de celle qui pouvait me donner le plus de libertés de présentation possibles.

bureau 1

J’ai souvent changé de blog personnel parce que je n’aimais plus le nom, ou le thème, ou mes articles. Finalement, de toutes ces années, il ne reste aucunes traces de tous ces espaces publics/intimes sur internet. J’ai toujours tout supprimé. J’aimerais savoir tenir un blog durablement dans le temps, mais il faut croire que toutes ces années ne me l’ont pas appris. Cependant, après ce temps d’observation entre 2013 et aujourd’hui, je me suis surtout rendue compte qu’il était facile de se lasser d’un blog qui ne nous ressemble pas. Et au fond, je crois que la plupart de mes blogs ne reflétaient pas qui j’étais. Je me suis souvent laissée influencer par les thèmes tendance, mon blog mode en était le meilleur exemple. J’étais à cette époque très fan du Blog de Betty et voulait montrer au monde que moi aussi je savais bien m’habiller (quand je revois mes photos, je me demande comment j’ai pu penser ça). Au final, durant toutes ces années, j’ai surtout cherché à montrer aux gens, que moi aussi je valais le coup qu’on s’intéresse à moi, que moi aussi je pouvais parler et écrire sur des sujets en vogue sur internet. Et finalement, il n’y a pas de secret, écrire sur un sujet à la mode est différent d’écrire sur un sujet qui nous passionne.

bureau 2

Après deux ans de réflexion et pas beaucoup de temps libre, je pensais être vaccinée de l’envie de re-créer un nouvel espace. Mais il faut avouer que je lis encore beaucoup de blogs (très peu de mode désormais) et donc, que la blogosphère fait partie de mon quotidien. J’ai décidé de reprendre l’aventure du tout début avec une nouvelle plateforme que je ne connais pas très bien, un nouveau joli nom et surtout des nouveaux sujets qui me ressemblent et que j’aime pleinement. Je ne cherche plus à plaire à la majorité, je veux qu’on m’accepte telle que je suis avec les choses qui m’intéressent. Et si certains articles peuvent plaire à une ou deux personnes, ça sera pour moi un grand bonheur. J’aimerais que cet endroit soit une petite cabane, comme celles des enfants, où on peut se ressourcer et profiter de ce joli moment de pause dans le quotidien. J’ai envie de partager avec vous, telle que je suis et tels que vous êtes.

Bienvenue les petites roses. rose